Puebla, ses places et ses Eglises

Puebla ne me laissera sûrement pas un souvenir impérissable mais certaines places et rues possèdent une ambiance tranquille qui leur est propre. Celle-ci contraste avec la rigidité apparente de la ciudad, quadrillée de longues artères portant toutes le même nom. Heureusement, Puebla révèle son âme au détour de places comme le zócalo ou de quartiers comme le barrio del artista. On  peut y voir les peintres à l’œuvre dans leurs ateliers pendant que les étudiants, jeunes et plus vieux, se retrouvent sur les bancs ou à une terrasse de café, juste un peu plus loin, devant la belle Eglise San Francisco, décorée d’azulejos.

 

Barrio del artista, Puebla

Barrio del artista, Puebla

 

De manière générale, les Eglises de la ville sont bien jolies, à l’image  du Templo de Santo Domingo. Le temple est à première vue assez classique mais  la chapelle del Rosario, au fond à gauche, lui donne une tout autre dimension. Le travail de décoration et les kilos d’or utilisés qui recouvrent toute la chapelle laissent pantois. Vous aurez peut-être droit aux explications intéressantes d’un des guides. L’intérieur de la grande cathédrale, sur le zócalo, en jette aussi.

 

Chapelle del Rosario,  Templo Santo Domingo, Puebla

Chapelle del Rosario, Templo Santo Domingo, Puebla

 

On a fait seulement deux musées, gratuits encore une fois grâce à la carte du Tec de Monterrey. La visite de la Casa del Deán, notée « 3 routards » par le guide du même nom, est assurément à réserver aux seuls amateurs d’art de la renaissance. Et encore, le plein tarif à 35 pesos est un peu élevé pour seulement deux pièces ! La Casa del Alfeñique, quant à elle, est déjà jolie en soi et montre comment vivaient les colons espagnols à l’époque. Plutôt intéressant.

Dans l’ensemble, la ville de Puebla est assez calme, mis à part les klaxons inutiles des chauffeurs de bus. Peut-être même une peu trop calme… au point qu’on ne s’est même pas rendu compte qu’il y avait un tremblement de terre (ressenti 6,5 à D.F.) ! Bon, en même temps, on était a priori en camión à ce moment-là. Ce n’est qu’après deux textos différents demandant si ça allait avec le « temblor » (mot jusqu’alors inconnu au bataillon) que l’on a appris la nouvelle. Un mot de plus au dictionnaire et une expérience de ratée…

 

Pour continuer le voyage jusqu’à Acapulco, c’est par ici…

Pour plus de photos de Puebla et de la région de México, c’est par là…

Et pour revenir au sommaire de notre itinéraire à travers le Mexique

A propos de l’auteur

Je m'appelle Colin, je suis étudiant et amateur de voyage. En 2012, j'ai réalisé un échange universitaire de 5 mois à Guadalajara, la 2ème ville du Mexique. Pourquoi ce blog? Pour partager ma passion pour le Mexique, vous aider à préparer votre voyage et, si possible, vous faire rêver !