VoyageMexico - Blog de Voyage sur le Mexique

Sécurité: la méthode atipic ou comment bien préparer un voyage


Vous avez peur des arnaques en voyage ? Vous vous sentez parfois en danger ou mal à l’aise à l’étranger ? Dans cet article, je vais vous parler de la méthode « atipic ». Rédigée par Fabrice Dubesset, bloggeur professionnel et voyageur confirmé, cette méthode concerne la sécurité en voyage. Son plus ? Elle touche autant au domaine de la sécurité des personnes que celles des biens et des données. Elle permettra, je l’espère, à ceux qui en ressentent le besoin, d’acquérir les connaissances et les astuces nécessaires sur la sécurité pour bien préparer un voyage au Mexique ou ailleurs.

Mais avant de rentrer plus en avant dans le détail de cette méthode, je vais laisser la parole à son auteur.

 

Quelques mots avec Fabrice Dubesset

 

Bonjour Fabrice, bienvenue sur VoyageMexico ! Peux-tu te présenter et nous décrire ton parcours en quelques mots?

Bonjour Colin ! Je suis blogueur voyage pro depuis deux ans. Sur mon blog Instinct Voyageur, je m’efforce de donner envie de voyager plus. Je montre notamment que faire un long voyage ne coûte pas si cher que cela. Je suis aussi l’auteur du blog Prendre l’avion qui donne des conseils pratiques pour bien voyager en avion.

 

Fabrice Dubesset

Fabrice Dubesset

Découvrir la suite de l’article…

Culture : 8 clichés sur le Mexique


Allez, c’est parti, aujourd’hui on passe en revue 8 clichés et autres stéréotypes qu’on entend régulièrement sur le Mexique. Si je vous dis Mexique, vous pensez à quoi ? Burritos, narcotrafic, tequila,… J’avoue que je ne savais pas trop par quel stéréotype commencer. D’ailleurs, si certains clichés renferment une part de vérité, d’autres en sont beaucoup plus éloignés.

 

Le Mexique, ce n’est pas trop dangereux comme pays ?

 

policia, Guadalajara

Policia, Guadalajara

Cartel, narcotrafic, enlèvement, Florence Cassez,…  Le Mexique est souvent associé à la violence et au narcotrafic. C’est d’ailleurs la question la plus fréquente quand on revient d’un voyage au Mexique. Je pense donc qu’elle a largement mérité sa place tout en haut de cet article.

Oui, on ne peut pas le nier, la violence est une des réalités du Mexique. Les médias ne l’ont pas inventé.

Cependant, le quotidien de beaucoup de Mexicains est très éloigné des scènes  de violence que l’on peut voir à la télé. D’abord, le Mexique fait 3,5 fois la France. Donc il y a des zones à éviter, comme la frontière avec les Etats-Unis. Mais, pour le reste, on se sent en sécurité au Mexique dans la plupart des régions. Sans compter que les narcotrafiquants ont surtout tendance à s’entretuer entre cartels ou avec les forces de l’ordre.

Ceux qui suivent le blog régulièrement ont sûrement déjà découvert pourquoi le Mexique n’est pas si dangereux.

Mais passons à des choses moins sérieuses….

 

Le pays de la Tequila

 

Le parfait Mexicain

Le parfait Mexicain

De la Tequila… oui, mais pas seulement !

On y fabrique et on y consomme aussi du Mezcal, le petit cousin de la Tequila, tiré lui aussi de l’agave. Mais on y boit surtout de la bière. La Corona bien sûr, mais aussi des bières moins connues en France, comme la Modelo ou la Dos Equis. Et, non, la Desperado n’est pas une bière mexicaine ! Je vous encourage d’ailleurs à lire l’article sur les boissons mexicaines, vous y trouverez 11 bières mexicaines à tester.

Découvrir la suite de l’article…

Quel guide de voyage choisir ? Guide du routard ou Lonely Planet ?


Quel est le meilleur guide de voyage ? C’est la question existentielle que rencontre forcément un jour ou l’autre tout amateur de voyage. Entre le vieux Guide du Routard franchouillard et citoyen du monde, le Lonely Planet anglo-saxon et plus académique, et le Petit Futé qui a toujours un bon plan sous la main, choisir un guide de voyage peut être difficile.

Pendant mon voyage au Mexique, j’ai principalement utilisé le Routard. Mais j’ai aussi pu tester le Lonely Planet au Guatemala  et le Petit Futé dans plusieurs villes européennes, ce qui m’a permis de faire ma petite idée sur chacun de ces guides. J’ai donc eu l’idée d’écrire un article avec quelques conseils sur comment choisir son guide de voyage.

Jetons tout de suite un œil aux avantages et inconvénients de chacun!

 

Le Guide du routard

 

Guide du Routard Mexique 2016

Le plus critique des guides

 

Très critique, dans le bon sens du terme, il permet d’avoir un avis sur lequel se baser. Qu’on soit d’accord ou non avec celui-ci, le guide a l’avantage de mettre en avant en quelques mots les traits principaux, les points forts et les défauts d’un établissement ou d’un lieu touristique.

Cette subjectivité, par nature, rend ses avis parfois contestables. Dans le cas du Mexique, méfiez-vous de la subjectivité de certains avis gastronomiques. A Mexico, notamment, les conseils gastronomiques sont souvent complètement à côté de la plaque !

De manière générale, il faut savoir analyser les préférences des auteurs pour ensuite se faire sa propre idée sur la critique proposée. A force, on finit par avoir l’habitude et on repère plus vite ce qui nous plaira à nous personnellement,  au-delà de l’avis du rédacteur.

 

Une vision particulière du voyage

 

A noter aussi, son côté « citoyen engagé », qui rend le Guide du routard parfois moraliste. Le guide va au-delà du simple voyage touristique et sensibilise le lecteur sur d’autres aspects du pays. Ce qui peut déplaire à certain.

Ce guide a également une vision clairement plus francophone des pays visités, comparé à l’objectivité du Lonely Planet anglo-saxon.

Découvrir la suite de l’article…

Quel comparateur de vol utiliser ?


Si vous avez lu les deux précédents articles, vous devriez déjà avoir une petite idée de la méthode à suivre pour trouver un vol pas cher et des sites à utiliser. Dans cet article, je vous donne les meilleurs comparateurs de vols que connaisse et mes conseils sur comment les utiliser. Il serait trop simple de brandir « le meilleur comparateur de vol » ou de faire un classement. La meilleure méthode étant, à mon avis, d’utiliser les complémentarités entre les comparateurs et de comparer les résultats obtenus.

Voici la méthode que je vous propose :

1. Aller sur Rogo pour définir la meilleure stratégie à adopter en terme de timing (combien de mois à l’avance, quel jour et à quelle heure acheter son billet, pour quels jours de départ et d’arrivée). Et compléter sa recherche avec Kayak et Easyvoyage.

2. Utiliser ensuite Matrix Airfare Search, Skyscanner et Liligo pour connaître les aéroports de départs et d’arrivée les moins chers pour votre destination et aux dates que vous aurez repérées.

3. En temps voulu (jour le moins cher de la semaine et aux heures les plus intéressantes), réserver vos billets en utilisant le comparateur de vol, parmi ceux listés dans cet article, qui vous proposera les billets les moins chers.

 

Rogo

 

Rogo.fr

Rogo.fr

 

Certaines des fonctionnalités de Rogo sont uniques, à ma connaissance. C’est assurément le premier outil à utiliser afin de définir les différentes stratégies préalables à adopter pour trouver un billet pas cher.

 

Rogo vous permet de répondre aux questions suivantes :

  • A quel moment de l’année acheter son billet?
  • Quel est le prix du billet moyen ?
  • Combien de mois avant le départ acheter son billet ?
  • Quel jour de la semaine et à quelle heure acheter son billet ?
  • Pour quels jours de départ et d’arrivée prévoir ses vols ?

D’abord, observez le prix moyen du billet pour votre destination en cliquant sur « statistiques ».

Astuce: vous pouvez obtenir la courbe des prix sur l’année afin de visualiser l’évolution des prix et de choisir la date de votre départ. Entrez simplement « prix » et « date_aller » dans cet ordre dans les cases en bas de la page, puis recharger le graphique, afin d’obtenir un graphique avec l’évolution des prix en fonction de la date de départ.

Le graphique affiche mal les dates de départ, qui se superposent, mais vous devriez pouvoir les déchiffrer quand même.

Vous trouverez ensuite les gains ou pertes en € en fonction :

  • De combien de temps à l’avance vous achetez votre billet
  • Du jour de la semaine et de l’heure où vous achetez votre billet
  • Des jours de départ et d’arrivée

 

Quand acheter son billet (Rogo.fr)

Quand acheter son billet (Rogo.fr)

 

Découvrir la suite de l’article…

Comment trouver un vol pas cher pour le Mexique ?


J’ai étudié pour vous les tendances de prix sur les vols France – Mexique et les meilleures stratégies pour acheter son billet pas cher pour le Mexique. J’applique ici la méthode donnée dans mon dernier article sur comment trouver des billets d’avion pas chers. Quand acheter son billet, combien de temps à l’avance, de quel aéroport partir,…Je vous donne toutes mes astuces pour trouver un vol le moins cher possible pour le Mexique. Sinon, il reste toujours la solution du cargo ou la traversée de l’Atlantique à la nage…

 

Quel est le prix moyen d’un vol Paris-Mexico ?

 

Premier indicateur à prend en compte : le prix moyen d’un vol Paris-Mexico (Aller-Retour) est de 738€.

Avec des prix plus élevés en moyenne en avril puis en juin et juillet (autour de 1000€). Alors que le prix du billet en pour un départ en janvier ou février vaut beaucoup moins cher (631€).

Et le prix d’un Paris-Cancun ?

Le prix moyen d’un vol Paris-Cancun (AR) est de 768€. Les mois les plus chers restent les mêmes.

Pour info, le billet  d’avion vendu le moins cher en 2012 pour un vol Paris Mexico est de 493€ d’après le comparateur Rogo.

 

Evolution des prix

Évolution des prix

De quel aéroport partir pour aller au Mexique?

 

Vous partirez normalement de Paris. Cela peut se faire de Charles de Gaulle comme d’Orly. Mais il arrive que d’autres aéroports soient moins chers, de manière exceptionnelle, comme Nice, Marseille ou Toulouse par exemple. Étonnant, non ?

Découvrir la suite de l’article…

Comment trouver un billet d’avion pas cher ?


La question m’a été posée plusieurs fois dernièrement. J’ai aidé les lecteurs du blog comme j’ai pu mais je dois dire que j’avais un peu l’impression de ne pas être très utile dans leurs recherches. Je me suis donc penché sur la question un peu plus sérieusement et j’ai finalement concocté une suite d’articles rassemblant mes trouvailles.

Commençons tout de suite par ce qu’il faut savoir avant de réserver son billet, les astuces et les méthodes pour trouver un billet pas cher. On mettra ensuite tout cela en pratique dans un prochain article pour trouver un vol pas cher pour le Mexique. Enfin, je vous donnerai, avec un troisième article, ma sélection des meilleurs comparateurs de vols.

 

Information vols

 

Les conseils classiques pour trouver un vol pas cher

 

Voici quelques conseils « classiques » mais qui n’en restent pas moins incontournables.

 

Être flexible sur les dates de départ et de retour

 

On peut économiser une centaine d’euros en prenant un vol le lendemain du jour initialement prévu. Il faut donc être flexible dans le choix des dates de départ et de retour et surtout privilégier les comparateurs avec un calendrier des prix.

 

Partir hors période de vacances

 

Plus difficile à dire qu’à faire, je vous le concède. Cependant, avant de prendre vos vacances, si vous prévoyez un voyage, prenez toujours en compte cette donnée. Cela joue non seulement sur les prix des billets d’avion mais cela influe aussi souvent sur les prix dans les régions touristiques.

 

Utiliser plusieurs comparateurs de vols et comparer les résultats

 

Attention à bien prendre en compte les frais de dossier dans vos comparaisons.

Quel est le meilleur comparateur de vol ? L’important c’est d’utiliser un comparateur flexible sur les dates et performant dans la recherche. A ce sujet, lisez l’article sur les meilleurs comparateurs pour trouver des billets pas chers, enfin les meilleurs que je connaisse en tout cas.

 

Bon, jusque-là rien de nouveau me direz-vous… Mais je pense qu’un petit rappel ne fait jamais de mal. Passons maintenant aux conseils un peu plus poussés !

 

Découvrir la suite de l’article…

Dominique, journaliste à la retraite et bloggeur sous le soleil du Mexique


Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Dominique Arnaud sur le blog. Journaliste à la retraite, il écrit régulièrement des articles originaux sur le Mexique sur son blog Le Mexique Révélé.

Avec lui, je vous propose de découvrir le Mexique sous un autre angle que le mien.

 

Dominique, peux-tu te présenter en quelques mots?

 

Bien sûr ! Journaliste professionnel à la retraite, j’ai toujours envie d’écrire. Pourquoi pas dans des blogs, bien plus actuels et réactifs que des publications papier. Puisque j’aime rencontrer les gens, découvrir le patrimoine et la nature, il me semble important, d’une part de partager, d’autre part de faire connaître ce qui mérite d’être connu, tout en tordant le cou aux idées reçues.

Au quotidien, comment c’est la retraite au Mexique ?

 

Agréable car vivant et chaleureux. Il y a toujours plein de découvertes à faire, et les moindres petites choses me font plaisir, comme faire mes courses dans les marchés typiques. En plus passer les mois d’hiver en France au pays de l’éternel printemps, c’est également un vrai bonheur.

 

De quelle manière voyages-tu ?

 

Au Mexique j’ai une (vieille) voiture pour les courts déplacements. En plus je vais beaucoup à pied ou à vélo à travers les villes et la campagne. J’aime bien les autobus pour les voyages plus longs, mais au Mexique, une balade cycliste de 30 km, c’est parfois, déjà, une expédition ! En fait je voyage de manière économique, en m’efforçant de ne pas être trop… touriste.

 

Ta région préférée ?

 

Cuentepec, Etat de Morelos

Cuentepec, Etat de Morelos

Je ne connais pas encore toutes les régions du Mexique car j’ai encore à découvrir le Nord-Ouest. Si j’ai apprécié le Chiapas, le Yucatan, Oaxaca, Veracruz, Acapulco, Morelia, Queretaro ou Guanajuato, etc…, j’aime bien vivre dans l’état de Morelos, où se trouvent beaucoup de montagnes boisées et plein de merveilles peu connues. Le climat y est plus agréable grâce à l’altitude que dans les plaines côtières trop chaudes à mon goût pour séjourner longtemps…

Découvrir la suite de l’article…

Guide de survie linguistique : les expressions typiques au Mexique


Vous partez bientôt au Mexique et vous appréhendez un peu ? Vous y êtes en ce moment même et, pour vous, le mexicain c’est du chinois ? Ce mini-guide des expressions mexicaines idiomatiques et des mots les plus utilisés devrait, j’espère, vous permettre de vous débrouiller au Mexique. A condition bien sûr de maitriser déjà quelques mots d’espagnol.

 

Peut-on aller au Mexique sans parler espagnol ?

 

Oui, on peut tout à fait visiter le Mexique sans parler espagnol. Tout comme de nombreux français vont en Espagne sans parler espagnol.

Bon, c’est vrai que les Mexicains parlent en moyenne moins bien anglais que les espagnols… Dans les lieux touristiques, comme le Yucatan, beaucoup de Mexicains parlent anglais. En dehors de Cancún et autres lieux très touristiques, il devient plus difficile de trouver des Mexicains anglophones. Comme le sympathique musicien ci-dessous qui baragouinait un anglais-yaourt dans les rues de Guanajuato.

Musicien à Guanajuato

Musicien à Guanajuato

 

 

Mais après tout, ne voyage-t-on pas pour être dépaysé ?

 

Comme partout, il est toujours possible de se faire comprendre par signe et à l’aide de quelques mots d’espagnol appris à la va-vite.  Le risque, si l’on ne fait pas l’effort sur l’espagnol, c’est de « faire » le Mexique et de passer à côté de sa culture et de ses habitants. Je pense qu’il n’est pas compliqué d’apprendre quelques mots de base en espagnol et même quelques expressions mexicaines. N’oublions pas que c’est une langue latine et que pas mal de mots ont la même racine qu’en français.

Sachez que les Mexicains sont très accueillants et tolérants envers les étrangers. Et il sera toujours bien vu de faire l’effort de parler espagnol. Cela permet de développer un rapport plus authentique avec les habitants, de s’immerger dans la culture mexicaine et, accessoirement,de ne pas passer pour un « gringo » (Américain).

Si vous souhaitez réviser votre espagnol ou que vous êtes débutant en espagnol, pensez au guide de conversion du Routard, qui donne les clefs pour se débrouiller dans un pays hispanophones (pour un peu plus de 6€).

 Guide de Conversation du Routard

 

Une règle de base

 

Sans vouloir faire un cours de conjugaison, la première chose à savoir est qu’on n’utilise pas la 2ème personne du pluriel au Mexique. Pas de « eis » ou de « ais » donc. On vouvoie automatiquement lorsqu’on utilise le pluriel. Ce qui, notez-le, est bien pratique.

Par exemple on ne dit pas « Como estáis? » mais « Como están? ». Et ce, que l’on vouvoie ou non en français.

Ce qui me fait d’ailleurs penser que, ayant pris cette habitude, je serais bien désemparé la prochaine fois que j’irai en Espagne.

 

Les 6 expressions indispensables pour comprendre une phrase

 

Wey (dérivé du mot  »guey ») : Signifie mec ou type. C’est valable pour les hommes ou les femmes mais c’est plus utilisé pour les premiers.

Ex : Me gusta este wey: J’aime bien ce mec.

¿Qué pedo? / ¿Qué onda? : Comment ça va ? Quoi de neuf ? L’équivalent du « qué tal » espagnol, moins utilisé au Mexique. « Como estás » s’emploie aussi.

Ex: ¿Qué pedo wey? : Comment ça va, mec ?

Pinche : Expression très idiomatique qui se rapproche du « sacré » / « foutu » en français

Ex: Este pinche carro no funciona! : Cette foutue voiture ne marche pas!

Sale : synonyme de « ok » ou « d’accord », il remplace le « vale » espagnol.

Ex :-¿Vamonos? : On y va?

-¡Sale, sígame! : Ok, suis-moi!

¿Mande? : Pardon? Vous dites? Contraction de « Mandame » du verbe « mandar » (commander)

Chido : Cool, génial

Ex : ¿Está chida esa playa, no? Elle est cool cette plage, hein?

Découvrir la suite de l’article…

Mon blog est zéro Carbone !


Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous annoncer que ce blog est désormais Zéro Carbone !

Non, je ne vous parlerai pas des pyramides du Chiapas ni des belles plages de sable blanc dans cet article. Le sujet est moins aguicheur mais n’en est pas moins au centre d’une démarche de voyages plus respectueux des populations et de la planète.

Zéro Carbone ? Quèsaco ?

 

Un blog zéro Carbone est un blog qui compense les émissions de CO2 émises dues au fonctionnement du blog et aux visites sur celui-ci.

Quoi? Un blog ça émet du CO2 ?

 

Si mon blog n’a rien à voir avec le pot d’échappement d’une voiture ou les cheminées d’une usine, il n’en demeure pas moins qu’il est à l’origine d’émissions de CO2. Son fonctionnement et les visites qu’il génère ne sont possibles que grâce à l’utilisation de serveurs et autres matériels informatiques. Et c’est précisément leur utilisation, la consommation électrique qui en découle et le refroidissement de ces équipements qui entraîne de la consommation de CO2.

La consultation d’une page web conduirait en moyenne à l’émission de 0,02 grammes de CO2. Pour un blog avec un trafic de 15 000 pages vues par mois (ce qui, soit dit en passant est loin d’être le cas du mien), les émissions annuelles de dioxyde de carbone s’élèvent à 3,6 kg.

bonial – alerte promos pour moins de déchêts

Découvrir la suite de l’article…

Sites à visiter : Mes 10 coups de coeur au Mexique


Dans cet article, j’ai tenté de faire un « top 10 » des lieux que j’ai préféré au Mexique. La  tâche est vraiment difficile étant donné la richesse tant culturelle que naturelle du pays. Ce classement des meilleurs sites « à faire » est donc évidemment très subjectif. J’espère simplement qu’il pourra vous donner des idées de visites pour votre séjour au Mexique (au cas où vous ne sauriez pas quoi faire !). Cette sélection personnelle regroupe des sites naturels, des sites archéologiques, ainsi que des villes qui m’ont particulièrement marqués. Certains font partie des circuits touristiques dits classiques, d’autres sont de petites trouvailles peu connues et que je souhaite partager avec vous.

 

Voici une carte que j’ai faite répertoriant tous les lieux mentionnés :


Afficher ces lieux sur une carte plus grande

 

Tulum: plage et ruines (Quintana Roo)

 

 

Imaginez un décor de carte postale, avec ses palmiers, sa mer d’un bleu transparent et son sable blanc et fin. Eh bien, Tulum, c’est ça, mais en mieux! Parce ce que, comme si cela ne suffisait pas, une forteresse Maya est juchée sur un bord de la plage. Les édifices n’ont pas la majesté de ceux de Palenque ou Teotihuacán mais je dois dire que les palmiers et la falaise en bord de plage ont un certain charme.

Tulum a également l’avantage, toute proportion gardée, d’être moins touristique que Cancun ou Playa del Carmen.

Découvrir la suite de l’article…