Joël et son road-trip musical au Mexique

Allez, on change un peu du registre habituel et on embarque pour un voyage musical avec Joël et son projet Petites Musiques de Train, à la découverte de la musique mexicaine et du fameux train du Nord du Mexique, el Chepe. Une autre façon d’aborder la culture mexicaine, un road-trip musical caméra au point, à mi-chemin entre J’irai dormir chez vous et un documentaire musical.

 

Bonjour Joël, peux-tu te présenter en quelques mots?

Voyageur, constructeur, pongiste mais aussi réalisateur, écrivain et piètre pianiste… on peut dire que je suis un touche à tout… J’aime l’idée de faire l’expérience des choses pour voir si elles me conviennent ! Après une licence de LEA (anglais/espagnol), j’ai réalisé quelques courts-métrages avant de m’orienter vers le métier de monteur. En parallèle de mes activités audiovisuelles, j’écris – des nouvelles, un roman. Et quand j’ai le temps, je voyage. Australie, Inde, Népal, Asie du Sud-Est, entre autres.

 

« Petites Musiques de Trains », c’est quoi?

L’idée de cette série documentaire et musicale est de suivre l’itinéraire d’un train mythique et de proposer de joyeuses tranches de vie musicales à travers les portraits de musiciens rencontrés sur la route. La première saison se déroule au Nord du Mexique, à bord du Chepe. Chaque épisode dure 8 minutes environ et est proposé aux internautes tous les dimanches à 12h sur le site et sur l’application i-phone.

Petites Musiques de Train

 

Comment t’est venue l’idée de faire ce projet? Pourquoi el Chepe et le Mexique?

Ce projet est né en 2012 en même temps que mon initiation pianistique. Cette découverte du sensible fut pour moi une révélation. J’ai alors réalisé qu’autour de moi et partout dans le monde, beaucoup de gens avaient déjà fait l’expérience de la musique. J’avais plusieurs wagons de retard. Une envie irrépressible de découvrir ce que j’avais manqué s’est alors emparée de moi. Il fallait que je parte à la rencontre des membres de ma nouvelle famille, que j’apprenne, que je voie ce que j’avais manqué toutes ces années. Mais comment ? Où ?

J’ai toujours été fasciné par les trains. Au-delà du côté hypnotique donné par la cadence du rail, c’est aussi un moyen extraordinaire de contempler le monde et d’aller à la rencontre des gens, au hasard de l’itinéraire donné. Quelques clics sur internet et c’était décidé : j’irai, pour commencer, au Mexique, à bord du Chepe. Les photos des paysages venaient d’achever de me convaincre. Le Chepe traversait les paysages grandioses de la Barranca del Cobre (Falaises de cuivre) et croisait la route de populations variées (Rancheros, Raramuris, Ménonites), ce qui était aussi intéressant à filmer.

J’avais aussi envie de découvrir l’Amérique latine et puis je parle espagnol – c’est plus pratique pour un tel projet.
Enfin, les 655 kilomètres de voies correspondaient au temps que je m’étais donné pour tourner : quatre semaines, assez pour rester plusieurs jours dans chaque gare.

 

C’est un projet qui demande pas mal de préparation en amont j’imagine?

Oui et non. Disons que c’est de la semi-préparation.

Bien sûr, il a fallu penser une configuration technique. Comment filmer ? Avec quel matériel etc…

Il a aussi fallu penser le projet, écrire quelques lignes, en français, en espagnol, pour savoir ce que je voulais faire et pouvoir communiquer.
Grâce au site Couchsurfing, je suis aussi entré en contact avec des habitants des villes que je prévoyais de traverser : musiciens, étudiants, journalistes. Sur place, leurs contacts et leur connaissance ont pu m’aider.

Mais la beauté de ce projet, c’est aussi l’improvisation, la possibilité de se laisser porter par les rencontres. Et ça, on ne le prépare pas vraiment. C’est l’avantage de faire un projet en toute indépendance : on n’a pas forcément beaucoup d’argent mais on gagne une certaine liberté de mouvements, loin des contraintes classiques de tournage.

 

Une anecdote de voyage à partager?

Mmm… il y en a pas mal… J’en ai retranscrit quelques unes sur le site et sur l’application I-phone… En voici un extrait :

« Dans le Chepe, entre Cuauthémoc et Chihuahua / 17.06.12 / 21.20

Il fait nuit. Réveil en avance, un peu avant l’alarme du téléphone. Il est 3h28. La famille dort. Je me lève en silence, je dis adieu dans ma tête aux huit corps qui dorment dans la spacieuse et longue cage suspendue, sur la terrasse, à flanc de montagne. Lampe torche au front, dernier transfert liquide, bassine d’eau-bouteille 50cl, je bois quelques gorgées sans hésiter, cette eau que les « chabochis » (« ceux qui ont des poils » en langue Raramuri) s’interdisent de boire normalement mais que j’ai ingurgité sans problème (« gracias a Dios ») pendant mon séjour ici, à Coyachique, chez Patrocinio et ses douze enfants. Il est apparu qu’une bouche de plus à nourrir, finalement, ça ne changeait pas grand-chose.

Le sac est lourd mais la descente, de la rigolade comparée à la montée effectuée quatre jours plus tôt, au moment d’apprendre que la route pour revenir à Creel était « temporairement » fermée pour cause de travaux. Et sait-on quand est-ce qu’elle va réouvrir ? « Quien sabe… lunes… tal vez… » ; « no te preocupes Roel, ven, mira los satelitos y los estrellas conmigo…. » ; mais allez, c’est lundi et je tente ma chance en espérant pouvoir attraper l’hypothétique « camion » de 5h00. Il est 4h30 quand j’atteins la route de terre. Nuit noire, grillons, douce solitude. Une première voiture qui ne s’arrête pas. Une deuxième, qui s’arrête parce que je me mets en travers de la route. Je t’emmène ? Je t’emmène… ça y est, peu à peu, on avale les lacets à mesure que le jour engloutit la nuit, on grimpe, on s’extrait, six jours au fin fond de la sierra tout de même, quelques kilomètres encore, un bus finalement, pour revenir jusqu’à Creel, puis une nuit réparatrice, quelques enregistrements avec Renaldo, tu reviens quand tu veux, tu es ici chez toi Roel »(…)

 

Tes rencontres les plus marquantes au Mexique?

Difficile à dire, toutes les rencontres ont été marquantes, il y a forcément une empathie qui se créée avec les gens qu’on filme. C’est compliqué, je trouve, de filmer des gens qu’on n’apprécie pas. Mais, dans le désordre, je pourrais dire que j’ai été touché par Olaf, ce jeune homme de 20 ans que l’on voit dans le premier épisode, en pleine construction de lui-même ; on peut déjà sentir la belle personne qu’il est en train de devenir. Je pourrais aussi citer Juan aussi, cet Américain que j’ai rencontré dans la région de Creel, qui vit parmi les Tarahumaras depuis une dizaine d’années…

 

 

Tu as quelques groupes mexicains à nous conseiller?

ll y a pas mal de choses, oui !
En vrac : José Alfredo Jimenez, Pate de Fuà, Lila Downs, EVA, Molotov…

 

Dans ton dernier épisode, tu étais à La Paz, quelles sont les prochaines étapes? Tu peux nous donner un avant-goût?

Après La Paz et Los Mochis, nous allons dimanche 29 mars à El Fuerte, la terre de Zorro où je rencontrerai les Yoreme, un groupe ethnique amérindien aux traditions musicales séculaires. Ensuite, nous nous enfoncerons d’avantage dans la Barranca del Cobre où je rencontrerai des musiciens rancheros avant de revenir vers les grandes villes de Cuauthémoc et Chihuahua qui me proposeront une grande variété de rencontres et de musiques, de la cumbia au hip-hop…

 

Merci pour cet avant-gôut!
Pour ne pas rater les prochains épisodes, rendez-vous sur la page facebook du projet.

A propos de l’auteur

Je m'appelle Colin, je suis étudiant et amateur de voyage. En 2012, j'ai réalisé un échange universitaire de 5 mois à Guadalajara, la 2ème ville du Mexique. Pourquoi ce blog? Pour partager ma passion pour le Mexique, vous aider à préparer votre voyage et, si possible, vous faire rêver !

  • TORTUGA

    Merciiii pour ces articles sur le Mexique :D J’aurai tellement aimer faire plus (comme rester plus longtemps à Oaxaca, ou même passer à Campeche). En tout cas j’ai réalisé ce RoadTrip seul et c’était réellement une expérience enrichissante.

    D’ailleurs j’ai lancé une chaîne YouTube avec épisode par épisode mes aventures complètes de ce RoadTrip au Mexique !! Et je peux vous assurer que ce n’était pas de la tarte ! TORTUGA Voilà le lien de la vidéo https://youtu.be/tEbK33DHqE4

    Colin, si vous avez l’occasion de regarder mes vidéos je serais ravi d’entendre votre avis :D <3