Batopilas

Chicken bus pris pour se rendre à Batopilas

Chicken bus pris pour se rendre à Batopilas

 

Situé dans la Barranca del Cobre, à 5h de bus de Creel, Batopilas est un petit village perdu de chez perdu, logé au fond d’un canyon aride. Le climat se fait tout de même plus chaud et humide à l’arrivée qu’il ne l’est avant de s’engouffrer dans le canyon. Pour s’y rendre, il faut prendre un vieux bus de ramassage scolaire américain comme on peut en voir au Guatemala (500 pesos AR, soit 30€). Il emprunte une interminable et sinueuse piste sur toute la 2ème partie du trajet jusqu’à l’arrivée à Batopilas. Le canyon d’un côté et la roche de l’autre. Il vaut mieux avoir le cœur bien accroché. Les tournants s’enchaînent à n’en plus finir. Heureusement, les paysages traversés tout le long du trajet sont époustouflants !

Ci-dessous, la photo prise au départ, à 5h du mat’, à travers la vitre poussiéreuse du bus.

 

Descente en zigzague vers Batopilas

Descente en zigzague vers Batopilas

 

En revanche, Batopilas n’a rien d’exceptionnel. Dommage ! Les habitants sont peu accueillants, voire même parfois inquiétants, ce qui est plutôt rare au Mexique. Dans tous les cas, ils regardent passer avec insistance. On a été embrigadé dès notre sortie du bus par Monse, une vieille mexicaine aux allures de mama espagnole qui tient une maison d’hôtes sur l’unique place du village. Les chambres (200 pesos la double) sont basiques. Elle « propose », pour ne pas dire impose, le repas pour 60 pesos (mais ça on ne l’apprend qu’à la fin).

 

Rio Urique, sur le chemin pour la catedral perdida de Satevo, Batopilas

Rio Urique, sur le chemin pour la catedral perdida de Satevo, Batopilas

 

Dans le coin, pas grand-chose à faire à part la balade jusqu’à la catedral perdida de Satevo. Les 7 km sont plutôt long à pied et sous cette chaleur de mai. Plutôt sympa mais rien de comparable avec les paysages vus précédemment à Creel. On a fait le retour en stop à l’arrière d’un pick up avec, pas de chance, 6 types louches dans la voiture qui nous ont, encore une fois, fixé bizarrement de bout en bout. On termine ensuite la journée en discutant sur le mignon petit zócalo avec un soi-disant guide touristique pas plus net que les autres.

 

Cathédrale perdue de Satevo, près de batopilas

Cathédrale perdue de Satevo, près de Batopilas

Bref, autant le chemin pour y aller vaut le coup, bien que fatiguant au possible, autant la récompense n’est pas du tout à la hauteur des efforts accomplis.

Note : le Guide du Routard conseille de passer à Batopilas à tout prix si l’on parcours la Barranca del Cobre. Mais, comme vous l’aurez remarqué je ne suis pas forcément du même avis. Si vous hésitez dans le choix de votre guide, je vous conseil de lire cet article sur quel guide de voyage choisir.

 

Pour plus de photo de Batopilas et de la Barranca, c’est par là…

Et pour revenir à l’itinéraire de notre voyage dans la Barranca del Cobre

 

Si vous vous êtes rendus sur place, donnez votre avis en commentaire et n’hésitez pas à proposer des activités aux alentours de Batopilas si vous en avez trouvé.

A propos de l’auteur

Je m'appelle Colin, je suis étudiant et amateur de voyage. En 2012, j'ai réalisé un échange universitaire de 5 mois à Guadalajara, la 2ème ville du Mexique. Pourquoi ce blog? Pour partager ma passion pour le Mexique, vous aider à préparer votre voyage et, si possible, vous faire rêver !