Acapulco

J’aurai passé uniquement une journée à Acapulco mais cela suffit amplement à mon goût. Si la baie était probablement magnifique avant l’urbanisation à grande échelle, la ville est aujourd’hui dénuée de charme. Les plages sont bondées au point de ne pas pouvoir trouver de place. Les artères sont encombrées et le réseau de bus chaotique. Si marcher ne vous dérange pas trop, c’est toujours plus rapide que le bus pour les petits trajets.

Si vous devez rejoindre l’autre côté de la baie, comme pour aller à la Capilla de la Paz par exemple, privilégiez les colectivos (blancs et jaunes) à 12 pesos. Vous gagnerez facilement 40 min sur un trajet de plus d’une heure en bus. Personnellement, il m’a fallu presque deux heures pour m’y rendre le temps de trouver le bon bus et que celui-ci traverse la baie au même rythme qu’un piéton.

La Capilla de la Paz offre une vue sur l’ensemble de la baie d’Acapulco. Il faut s’arrêter après l’hôtel « Las Brisas »  si vous prenez le bus. Il faut ensuite prendre un colectivos de l’entrée de la résidence privée (10 pesos), règle de la maison oblige, jusqu’à la chapelle. La vue sur la baie est imprenable mais le trajet est fastidieux et revient un peu cher au final.

 

Baie d'Acapulco, vue de la Capilla de la Paz, Etat de Guerrero

Baie d’Acapulco, vue de la Capilla de la Paz, Etat de Guerrero

 

Le zócalo et la cathédrale qui le jouxte n’ont pas beaucoup plus d’attrait que le reste de la ville. Dommage.

Le musée de la ville, dans le fort San Diego, est intéressant si l’on prend la peine de lire les explications. Pour les flemmards, de grandes maquettes de galions réveilleront leur imagination.Le musée conte l’histoire d’Acapulco, du fort et de la route qui reliait l’Asie à la « Nouvelle Espagne ». Outres de belles marchandises importées de l’époque, on est transporté à travers l’histoire de cette route maritime, de la piraterie et de l’indépendance mexicaine.

 

Fort San Diego, Acapulco, Etat de Guerrero

Fort San Diego, Acapulco, Etat de Guerrero

 

La ville est, de réputation, appréciée des Américains. J’ai effectivement été réveillé par de forts ac

cents américains pour découvrir ensuite que mon hôtel appartenait à un gringo. Je suis d’ailleurs tombé plus tard sur la proprio d’une laverie qui devait avoir sa dose de « gringos » car elle s’est mise à chanter la Marseillaise dès que je lui ai révélé ma nationalité.

Une des fameuses attractions de la ville est bien sûr les célèbres clavadistas (plongeurs de la mort) qui sautent de la falaise pour atterrir entre les rochers. Le tout au moment propice pour éviter de se faire projeter contre les rochers par une vague. Le spectacle est sympa, bien qu’un peu long. Le problème est qu’il faut payer 40 pesos pour accéder à la plateforme (bondée) près des plongeurs. Sinon, il faut se contenter de la vue de la route, une centaine de mètres plus loin.

 

Quebrada, Acapulco, Etat de Guerrero

Quebrada, Acapulco, Etat de Guerrero

 

Pour ce qui est de la sécurité, je n’ai rien de vu de craignos à Acapulco. La ville est pourtant réputée dangereuse depuis récemment et il semble qu’il y ait moins de touristes qu’auparavant. Encore une fois, on ne sait jamais ce qui peut arriver mais je n’ai pas ressenti de tensions ou de danger dans cette ville.

Heureusement, la côte Pacifique Sud recèle de plages bien plus agréables que celles d’Acapulco…

 

Pour la suite du voyage en direction de Puerto Escondido, c’est par ici…

Pour plus de photos d’Acapulco, c’est par là…

Et pour revenir au sommaire du voyage

A propos de l’auteur

Je m'appelle Colin, je suis étudiant et amateur de voyage. En 2012, j'ai réalisé un échange universitaire de 5 mois à Guadalajara, la 2ème ville du Mexique. Pourquoi ce blog? Pour partager ma passion pour le Mexique, vous aider à préparer votre voyage et, si possible, vous faire rêver !